Les logos des marques automobiles

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

sondage Re: Les logos des marques automobiles

Message par Invité le Jeu 8 Nov 2007 - 19:19

zest_peugeot a écrit:Super ces historiques wind! bien bien bien
Aurais-tu quelque chose sur une autre marque française disparue et qui a produit quelques très très belles voitures : Facel-Vega

y va pas pouvoir te réponde tout de suite , le monsieur a des soucis d'ordi et particulièrement des soucis avec Vista je sais pas ( quel m....e ce logiciel très énervé )
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

sondage Re: Les logos des marques automobiles

Message par Invité le Jeu 8 Nov 2007 - 19:24

Ok, merci, j'espère qu'il va s'en sortir et qu'ensuite il pourra envoyer un petit quelque chose sur Facel-Véga, une marque méconnue pour beaucoup de monde
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

sondage Re: Les logos des marques automobiles

Message par wind13 le Jeu 29 Nov 2007 - 15:02



FACEL VEGA


une aventure industrielle et une histoire passionnante !
C’est en 1939 que fut créée FACEL S.A., sous le nom de « Forges et Ateliers de Construction d’Eure et Loir ». Son fondateur, Jean DANINOS avait débuté en 1928 chez Citroën où il avait participé à la conception des coupés et cabriolets de la fameuse « Traction ». Il se tourna vers l’industrie aéronautique à partir de 1935 chez Morane-Saulnier, puis Bronzavia. L’activité de FACEL à ses débuts en 1939 était essentiellement destinée à satisfaire aux besoins des industries aéronautique et automobile. Ayant repris possession de son usine de Dreux en 1945, FACEL orientât ses activités vers l’industrie automobile en produisant soit des carrosseries en blanc, embouties et assemblées suivant les spécifications des constructeurs, soit des voitures de luxe ou utilitaires complètement terminées. Après la disparition de Talbot, Delahaye, Bugatti,... FACEL devint en 1955 le seul constructeur français d’automobiles de luxe en produisant la FACEL-VEGA.

L’unique cabriolet usine Facel Vega FBV 2

La « VEGA », premier modèle exposé au Salon de Paris 1954, était un élégant et luxueux coupé animé du moteur Chrysler V8 type « DeSoto Firedome » de 4528 cm3 accouplé à une boîte à quatre vitesses synchronisées Pont-à-Mousson. La VEGA devint dès la fin de 1955 la « FACEL-VEGA » et les coupés FVS produits reçurent différents moteurs de cylindrée comprise entre 4527 et 5798 cm3. La ligne générale ne fut que légèrement modifiée par l’adoption d’un pare-brise panoramique, de 2 phares ronds superposés à l’extrémité de chaque aile et d’une calandre verticale et des ouïes latérales élargies.
FACEL-VEGA I
la FACEL "EXCELLENCE" en 1956.
La luxueuse berline baptisée « Excellence » fut présentée au Salon de 1956. L’absence de pilier central entre les 2 portes permettait un accès aisé aux places arrière. Ce modèle , lui aussi équipé d’un moteur Chrysler V8 dépassant 6 litres de cylindrée sur les derniers exemplaires, ne fut produit qu’à un peu plus de 150 exemplaires.

FACEL-VEGA II
En 1958, le coupé HK 500 remplaça les FVS avec un moteur de 5907 cm3 équipé soit de la boîte mécanique Pont-à-Mousson, soit d’une boîte automatique Chrysler. Les freins à disques furent adoptés dès la fin de 1958 et la cylindrée passa à 6267 cm3 en 1959. Les grandes qualités routières, la puissance et la finition du coupé HK 500 lui valurent un réel succès tant en France qu’à l’étranger. Plusieurs pilotes de renom tels que Maurice Trintignant et Stirling Moss l’utilisèrent pour leurs déplacements privés. La clientèle était internationale et en 1959 plus de 75% (chiffre record ) de la production a été exporté !

Toujours en 1959, fut présentée au Salon de l’Automobile la « Facellia » : voiture de sport entièrement française de cylindrée moyenne ( 1647 cm3 ). Ce modèle destiné à rivaliser avec les modèles italiens, anglais et allemands était doté d’un moteur 4 cylindres à 2 arbres à cames en tête d’une puissance de 115 ch SAE à 6400 tr/mn. Les premiers cabriolets furent livrés en mars 1960. Par la suite, deux autres types de carrosseries furent proposés : coupé 2+2 et coupé 4 places. Le premier type de moteur (FA ) s’avérant fragile, de nombreuses améliorations donnèrent le jour en 1961 à la Facellia F2. A ces modifications techniques s’ajoutèrent quelques modifications de carrosserie : nouvelles poignées de portière, blocs optiques doubles Mégalux confectionnés spécialement pour Facel par Marchal.

La première FACELLIA

Fin aoüt 1958, la Facellia - son nom a été adopté d'emblée, peut-être pour sa consonance italienne, comme Aurelia ? - est prête à prendre la route, et entame une série d'essais, notamment en Suisse : à l'exception de la calandre, son apparence
est quasi définitive. Mais ce n'est que le 28 septembre 1959 qu'elle fera sa première officielle sur la scène parisienne, précisément au musée Tacquemart-André boulevard Haussmann, devant la presse et de nombreuses personnalités, dont un parrain célèbre : Stirling Moss, déjà client de Facel. Quelques jours plus tard, le grand public la découvre au 46e Salon de Paris, dont elle est une des plus
importantes nouveautés.


Reprenant les éléments mécaniques et le châssis de la HK 500, la Facel II sa remplaçante fut présentée au Salon d’octobre 1961. Légèrement plus longue mais nettement plus basse, la Facel II est considérée comme l’une des plus belles voitures produites après 1945. Elle était équipée des optiques Mégalux et du puissant moteur V8 Chrysler qui en faisait « le coupé 4 places le plus rapide du monde » avec une vitesse de pointe frôlant les 250 km/h.

FACEL-VEGA II équipée de jantes à rayons.

L’accord de la direction de la Production industrielle d’importer un moteur ayant été enfin obtenu, le moteur Pont-à-Mousson qui équipait la Facellia fut remplacé par le moteur Volvo B18B de 1780 cm3. Le nouveau modèle « Facel III » fut présenté à la presse en avril 1963. Les modifications de carrosseries étaient très inspirées de la Facel II.


La Facel III, outre son moteur Volvo nettement plus robuste et fiable, présentait des feux arrière différents, et la généralisation des optiques Marchall Megalux. Elle sera la dernière des Facel Vega produite...

Enfin un dernier modèle, la « Facel 6 », vit le jour en mai 1964. Il était équipé du moteur de l’Austin-Healey : 6 cylindres en ligne de 2852 cm3. La carrosserie de la Facel III avait été reprise avec de très légères modifications permettant de loger le moteur plus volumineux. C’est au niveau de la finition que la différence était visible : sellerie en cuir, volant aluminium-bois et roues à rayons. Ce dernier modèle ne fut produit qu’à quelques dizaines d’exemplaires avant la fermeture définitive le 31 octobre 1964.

Les chiffres de production habituellement avancés sont les suivants :
Modèles Nombre d’exemplaires Types
FV et HK 500 849 dont 11 cabriolets
Facel II 184
Excellence 153
Facellia 1050 environ dont 620 cabriolets environ
Facel III 624 dont 192 cabriolets
Facel 6 43 dont 6 cabriolets
Total : 2900 environ
Facel Vega est une marque française d'automobiles produites entre 1954 et 1964 par les Forges et ateliers de construction d'Eure-et-Loir (Facel).
Facel Vega Facellia
Facel Vega Facellia

Jean Daninos, fondateur de cette entreprise en 1939, cherchait par ces modèles à occuper le créneau le plus prestigieux du marché français. C'est l'écrivain Pierre Daninos, frère de Jean, qui le baptisa Vega comme l'étoile la plus brillante de la constellation de la Lyre.

Pendant les années 1952 à 1954 Facel produit la carrosserie de la Ford Comète.

À la suite de l'accident qui tua en 1960 Albert Camus et le neveu de l'éditeur Gallimard au volant d'une Facel Vega FV3B de 253 ch, l'écrivain René Étiemble mit en cause la sécurité de cette voiture, avis qui n'engage que lui car les Facel Vega étaient considérées à l'époque par les spécialistes comme des autos à la tenue de route très sûre, mais la puissance des motorisations (jusqu'à 390 ch avec le moteur typhoon pour la FVII) et les performances hors du commun (240 km/h tout à fait exceptionnel à l'époque), pouvaient naturellement mener à des surestimations des capacités du conducteur comme avec n'importe quelle voiture de sport même moderne...

Avec des carrosseries à l'élégance sobre et un haut niveau de finition, Facel a été l'une des dernières marques de voitures de luxe françaises. Elles étaient dotées de moteurs d'origine Chrysler (Firedome) car Jean Daninos ne pouvant pas développer un moteur (sa firme étant plutôt orientée vers la carrosserie comme sous-traitant de grands constructeurs) est allé chercher ailleurs ce qu'il ne pouvait trouver en France. Les principaux modèles sont la série des FV1, 2 et 3, la HK 500, la HK 2 (Facel II, qui représente le summum du style et des performances de la marque), l'Excellence (une luxueuse berline à quatre portes) et un petit modèle, la Facellia, à moteur Pont-à-Mousson performant mais fragile. Suite à des problèmes de fiabilité qui finirent par causer la disparition de la marque, ce moteur a été remplacé par un 4 cylindres Volvo, prenant alors le nom de FACEL III. Cette même base a été également utilisée pour La Facel6, dotée d'un moteur 6 cylindres (celui des Austin Healey).
La seule et derniere voiture de sport et de prestige de la France s'eteignait donc fin octobre 1964.

(celou)
avatar
wind13
La mémoire du Forum

Masculin
Nombre de messages : 3300
Age : 70
Date d'inscription : 15/11/2005

Revenir en haut Aller en bas

sondage Re: Les logos des marques automobiles

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum